Alfred Nakache est né le 18 novembre 1915 à Constantine, en Algérie, au sein d’une famille juive. Le jeune « Artem » pratique la natation au club de la Jeunesse Nautique Constantinoise où il remporte, en 1931, son premier titre. À Bordeaux, le 21 juillet 1935, il est sacré champion de France pour la première fois sur 100 mètres nage libre. Il s’engage ensuite au Racing Club de France puis au Club des Nageurs de Paris et enfin à celui des Dauphins du Toulouse Olympique Employés Club. Il remportera 35 titres de champion de France au cours de sa carrière. Avec l’équipe de France, il participe aux Jeux olympiques de Berlin en 1936, ce qui, pour un athlète juif, n’est pas anodin. Avec le relais français du 4 x 200 mètres il termine devant le relais allemand. Tout un symbole.

 

La défaite de 1940 et la législation antisémite de Vichy le privent de son emploi d’enseignant au lycée Janson de Sailly ; il s’installe à Toulouse et s’inscrit au club des Dauphins. Il accumule les titres et, le dimanche 6 juillet 1941, Alfred Nakache bat le record du monde du 200 mètres brasse. L’année suivante, il obtient le record d’Europe du 100 mètres brasse. À l’instar de tous les Juifs d’Algérie, il est privé de la nationalité française mais intégré à l’équipe de France qui se rend au Portugal en mai 1942 (les équipes de France pouvaient comprendre des joueurs étrangers vivant en France). En septembre, il participe à la tournée de Borotra en Afrique du Nord où il est victime de l’antisémitisme des Européens. Il est exclu des critériums de France à partir d’août 1943 à cause de sa religion. Par solidarité, ses coéquipiers refusent de participer à la compétition. Le 20 janvier 1944, après une violente campagne de presse, il est déporté avec sa femme Paule et Annie, leur fille de deux ans ; toutes deux disparaissent à Auschwitz. Alfred Nakache rentre de déportation très affaibli.

 

De nouveau sociétaire des Dauphins, il reprend la compétition et il est sacré champion de France à l’automne 1945 et, trois ans plus tard, participe aux Jeux de Londres. Il se remarie en 1952 et meurt le 4 août 1983, alors qu’il nageait comme à son habitude dans le port de Cerbère. Il avait 67 ans. Alfred Nakache n’est pas qu’un sportif de haut niveau, il est également un exemple de fraternité et d’engagement pour les valeurs de la démocratie.

 

Site de la fédé : https://www.ffnatation.fr/

  • Livre : Alfred Nakache : Le nageur d'Auschwitz, de Denis Baud, Histoire, 2009

 

Site internet :

Natation
Alfred NAKACHE
©AFP
(1915-1983)
Algérie
NAKACHE-3.png
NAKACHE-3.png
press to zoom
NAKACHE-2.png
NAKACHE-2.png
press to zoom
NAKACHE-1.png
NAKACHE-1.png
press to zoom
Nos champions
Raconté par
Abd al Malik

Né en 1975 à Paris, il passe son enfance à Brazzaville puis à Strasbourg. Après des études de philosophie et de lettres classiques, il fonde avec son frère aîné le groupe de rap NAP. Ils sortiront trois albums entre 1996 et 2000. Il entame ensuite une carrière solo, saluée par le public et la critique. Il remporte à trois reprises les Victoires de la musique, notamment pour ses albums Gibraltar (2006) et Dante (2008). Décoré chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres en 2008, il a aussi publié quatre livres, notamment L’Islam au secours de la République en 2013.