Née en 1978 à Paris de parents originaire du Mali, Aya Cissoko est une battante. Après les décès précoces de son père et de sa sœur dans un incendie criminel en 1986 puis de son frère terrassé par une méningite 11 mois plus tard, elle s’investit totalement dans la boxe amateur malgré les réticences de sa mère. À l’âge de 12 ans seulement, elle remporte le titre de championne de France de boxe française chez les benjamins. Elle obtient les titres de championne de France et du monde de boxe française dans la catégorie des moins de 66 kg en 1999. Elle confirme son titre de championne de boxe française amateur en 2003.

 

Pour s’imposer de nouveaux défis, elle opte pour la boxe anglaise en 2005. Le sommet de sa carrière se joue en 2006 lorsqu’elle décroche, toujours dans la même catégorie des poids welters de boxe amateur anglaise, à la fois le titre de championne de France, le titre européen à Varsovie face à l’Ukrainienne Lesja Kozlan et le titre mondial à New Delhi face à l’Ukrainienne Oleksandra Kozlan. Ce fut la seule médaille française lors de ces championnats du monde. Mais le sort s’acharne sur la jeune Française lorsque, lors de cette finale des championnats du monde de 2006 remportée contre l’Ukrainienne, un choc à la tête lors du 2e round aboutit à une fracture des cervicales suivie d’une opération ratée qui mettent brutalement fin à sa carrière de sportive.

 

Loin de se décourager, elle commence des études à l’Institut d’études politiques de Paris où elle poursuit son master. En 2011, elle co-écrit avec son amie Marie Desplechin son autobiographie intitulée Danbé qui signifie « dignité » en bambara, ouvrage acclamé par la critique. Ce récit sans concession et sans pathos obtient notamment le grand prix de l’Héroïne Madame Figaro la même année. En janvier 2015, le téléfilm du réalisateur Bourlem Guerdjou intitulé Danbé, la tête haute, librement inspiré de l’autobiographie d’Aya Cissoko, retrace la vie de cette boxeuse tenace dans son combat pour sa reconstruction, sa liberté et sa reconnaissance.

 

Site de la fédé : http://www.ffboxe.com/

Livre : Danbé, d’ Aya Cissoko et Marie Desplechin, Calmann-Lévy, 2011.

 

Site internet :

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2613p052-053.xml0/

http://www.questcequifaitcourirlesfemmes.fr/?page_id=27

http://afriqueinside.com/aya-cissoko-livre-son-histoire-de-boxeuse-dans-danbe-la-tete-haute31122014/

Boxe
Aya CISSOKO
Nos champions
Aya Cissoko © Presse Sport
(née en 1978)
France & Mali
Capture d’écran 2015-10-26 à 15.41.56.png
Capture d’écran 2015-10-26 à 15.41.56.png
press to zoom
Capture d’écran 2015-10-26 à 15.44.27.png
Capture d’écran 2015-10-26 à 15.44.27.png
press to zoom
Capture d’écran 2015-10-26 à 15.45.43.png
Capture d’écran 2015-10-26 à 15.45.43.png
press to zoom

Issu d'une famille d'immigrés italiens, Philippe Fragione, dit Akhenaton est né à Marseille. Il découvre le rap à New York. Akhenaton a d'abord été connu en tant que rappeur du groupe IAM. Puis en 1995 sort Métèque et Mat, le premier album solo d'Akhenaton, réflexions sur les inégalités, sur le monde musical. En 2000, il coréalise le film Comme un aimant avec Kamel Saleh et en 2009 Conte de la frustration avec Didier D. Daarwin. Puis les albums solo s’enchaînent, Sol Invictus en 2001, Black Album en 2002,  Soldats de fortune en 2006. Son 5e album solo, intitulé Je suis en vie est sorti en 2014. 

Raconté par
Akhenaton