Les joueurs maghrébins en équipe de France
Autres expos

La Marseillaise : Le grand débat sur nos identités…

« Je ne sais pas ce que ça veut dire. J’ai toujours respecté les lois. De par l’histoire, on nous embête avec ça : êtes-vous plus Algérien que Français ? Comme s’il fallait choisir entre son père et sa mère. Je suis né ici ! »

Chérif Oudjani, fils d’Ahmed Oudjani ancien joueur de l’équipe du FLN, Le Monde diplomatique, août 2008

 

« France-Algérie, quarante ans d’arrêt de jeu. »

Libération, 2001

En plein débat sur « l’identité nationale » en novembre 2009, la qualification de l’équipe algérienne pour la Coupe du monde 2010 ravive les passions en France. En effet, ce soir-là, des milliers de personnes ont défilé dans les rues de Paris, Lyon ou Marseille, heureux de célébrer la victoire de l’équipe algérienne. Mais, ce qui dérange certains politiques, médias et citoyens français, c’est de voir ces jeunes Français d’origine maghrébine agiter le drapeau algérien. En revanche, lorsque les enfants des immigrés portugais fêtent « leur » équipe, la polémique n’a pas lieu. Ce qui amène à penser que le problème se situe dans une autre sphère : la religion, la colonisation du Maghreb et la guerre d’Algérie, des sujets peu étudiés dans les programmes scolaires, voire occultés, et qui font toujours débat. En effet, le malaise persiste dans les rapports France-Maghreb. Cette tension s’exprime à travers la génération issue de l’immigration et dans les quartiers. Ainsi, les sifflets lors des différents matchs opposant la France aux pays du Maghreb (2001, 2007 et 2008) montrent une animosité persistante et le besoin d’exprimer la complexité de ces « identités doubles ».

 

Malgré ces conflits, des joueurs maghrébins continuent d’évoluer dans le championnat français. Inversement, de jeunes joueurs nés en France d’origine maghrébine choisissent de faire une carrière internationale dans le pays de leurs parents grâce à leur double nationalité. Tel est le cas de Yazid Mansouri, capitaine de l’équipe algérienne, qui est né et a grandi dans les Ardennes ainsi que de treize autres de ses coéquipiers sélectionnés pour le match de qualification de la Coupe du monde 2010 à Khartoum contre l’Égypte, soit 58 % de l’effectif. Depuis l’histoire de l’équipe du FLN en 1958, c’est plus d’un demi-siècle de relations complexes franco-maghrebines que raconte le football.

© Prevost / Presse Sports L’Équipe
© Prevost / Presse Sports L’Équipe

Ambiance à Paris après la qualification de l’Algérie, novembre 2009.

press to zoom
© AFP
© AFP

Zitounu, Bekhloufi, Ben Tifousn Boubekeur et Rouaï du « Onze indépendance » à Tunis, avril 1958.

press to zoom
© Thomas Coex/ AFP
© Thomas Coex/ AFP

Les CRS face aux supporters algériens, novembre 2009.

press to zoom
© Prevost / Presse Sports L’Équipe
© Prevost / Presse Sports L’Équipe

Ambiance à Paris après la qualification de l’Algérie, novembre 2009.

press to zoom
1/3