Des Noirs dans les Bleus
Autres expos

Aux quatre coins du monde : D’où venaient les Africains et les ultramarins ?

« Le football est à l’image de la composition ethnique d’une nation. Il est le reflet assez fidèle de la politique de colonisation, d’immigration et de nationalité… »

Albrecht Sontag, 1998.

L’origine des joueurs afro-antillais de l’équipe de France suit les méandres de l’histoire coloniale, puis les différentes vagues d’immigrations. Dans les années 1930-1940, c’est dans l’empire colonial, en Afrique, que les premiers joueurs sont recrutés. À cette époque « l’immigration coloniale », depuis la guerre de 1914-1918, est principalement originaire d’Afrique du Nord et d’Algérie. Les indépendances vont rendre difficile le recrutement de joueurs et voir les autorités sportives se tourner exclusivement, vers la Martinique au début des années 1960. En outre, depuis la création du BUMIDOM en 1963, le flux migratoire en provenance des Antilles vers la métropole est croissant. Dans les années 1970-1980, le flux migratoire en provenance d’Afrique noire est régulier. Le recrutement est alors double : dans les Antilles et en Afrique noire. Avec la génération des années 1990, débute une nouvelle époque, celle des enfants de la seconde génération qui sont nés en métropole (près de 45%). Aujourd’hui, c’est au sein des populations installées en métropole et parmi leurs enfants que les quatre cinquièmes des joueurs sont recrutés. Dans le même temps, le flux migratoire en provenance d’Afrique noire s’est diversifié, dans un contexte économique difficile, qui voit apparaître l’image du « sans-papier » ainsi que de nombreux débats autour de la « question noire » en France.

 

24 joueurs sont originaires d’Afrique (en plus Paul Labile Pogba, né d’un père guinéen, Guivalogui origines guinéennes, Mangala origines congolaises, Kondogbia origines centrafricaines; Mapou Yanga-Mbiwa: centre-afrique, Etienne Capoue: Guadeloupe.

 

Joueurs originaires des DOM-TOM: 27, donc 4 en plus: Trémoulinas réunionnais, Varane, né de père martiniquais, Lacazarette guadeloupéen, Etienne Capoue, origines guadeloupéennes.

 

Pourcentage: entre 2000 et 2012, 89% (46 sur 52) de ces joueurs sont nés en métropole.

 

  • 1931 Premier joueur « noir » en équipe de France La France est un empire colonial de 100 millions d’habitants

  • 1936 Premier joueur maghrébin en équipe de France 10 000 Afro-Antillais en France, dont 50 % en Île-de-France

  • 1954 Premier joueur martiniquais en équipe de France La France fait appel aux travailleurs maghrébins

  • 1960 Premier joueur franco-africain en équipe de France Décolonisations en Afrique noire

  • 1971 Premier joueur guadeloupéen en équipe de France BUMIDOM :
    150 000 personnes arrivent en France

  • 1976 Premier Antillais capitaine de l’équipe de France Loi sur le regroupement familial en 1975

  • 1977 Premier joueur néo-calédonien en équipe de France Le premier joueur « noir » (Vil Anderson) entre en 1978 en équipe d’Angleterre

  • 1987 Premier Africain capitaine de l’équipe de France Loi Pasqua (1986) sur le séjour des étrangers et le code de la nationalité

  • 1993 Premier joueur guyanais en équipe de France 500 000 Antillais vivent en métropole

  • 2008 Premier joueur réunionnais en équipe de France 70 joueurs « noirs » ont joué en équipe de France depuis 1931 2 à 3 millions de « Noirs » vivent en France

  • 2013 Premier joueur d’origine centrafricaine La France intervient dans la crise centrafricaine

© C. Liewig/Media Sports/Corbis
© C. Liewig/Media Sports/Corbis

Match France-Costa Rica en Martinique, 2005.

© C. Liewig/Media Sports/Corbis
© C. Liewig/Media Sports/Corbis

Match France-Costa Rica en Martinique, 2005.

1/1