Des Noirs dans les Bleus
Autres expos

89 Héros en Bleus originaires des Dom-Tom ou d’Afrique : Sept générations de joueurs d’exception (1931-2014)

« Ai-je été avec Adams, Janvion ou Tigana un précurseur qui aura ouvert la voie à la génération des Noirs qui font le bonheur des Bleus ? »

Marius Trésor, Des Noirs en Bleu, 2007

89 joueurs venus d’Afrique, des Caraïbes, de la Réunion, de Maurice, de Guyane ou de Nouvelle-Calédonie ont écrit l’une des plus belles pages d’histoire de France sous le maillot des « Bleus ». Raconter leurs histoires, c’est leur rendre hommage. Pourtant, malgré la présence de La Perle noire de Casablanca et de L’Araignée noire, puis d’El Négro volant (Xercès Louis), bien avant le Roi Pelé, la sélection nationale ne gagne rien de 1930 à 1970. Même la célèbre « Garde noire » et les héros de l’épopée en Vert n’y changeront rien… 1978, en Argentine, sera une désillusion totale, comme vingt ans auparavant la 3e place de 1958 avait brisé les rêves d’une génération issue des immigrations européennes. Il faut attendre les années 1980 et la génération mythique, pour que la victoire et les trophées soient au rendez-vous : 1982, 1984, 1986… le temps des succès.

 

Tigana, sélectionné 52 fois est membre du fameux « carré magique » (avec Platini, Giresse et Fernandez) : une page d’histoire est en train de s’écrire. La génération qui suit, au début des années 1990, n’est pas moins talentueuse, mais ne remporte pas de trophées majeurs, réussissant tout de même à aller jusqu’en demi-finale de l’Euro 96. En fait, elle prépare le sacre de 1998 et celui de 2000. La génération en or ! C’est la sixième génération, qui pose cette étoile, pour l’éternité, sur le maillot bleu. La septième génération, née après l’échec de 2002, échoue à une marche du bonheur en 2006. Huit ans plus tard, c’est au Brésil qu’une nouvelle étoile est attendue et de nouveaux noms écriront l’histoire.

 

  • 1931 Première génération (2 joueurs) 1re sélection d’un joueur « noir » en équipe de France

  • 1954 Deuxième génération (4 joueurs) Passage de témoin entre Larbi Ben M’Barek (Maroc) et Xercès Louis (Martinique)

  • 1970 Troisième génération (4 joueurs) L’année suivante, Marius Trésor arrive en équipe de France

  • 1980 Quatrième génération (8 joueurs) Match URSS-France, en présence de 5 joueurs afro-antillais

  • 1990 Cinquième génération (10 joueurs) L’équipe de France a connu autant de joueurs africains qu’issus des DOM-TOM en sélection

  • 1995 Sixième génération (19 joueurs) Première année d’Aimé Jacquet à la tête de la sélection

  • 2002 Septième génération (42 joueurs) Défaite de la France au premier tour en Coupe du monde

  • 2014 Huitième génération: 9 nouveaux joueurs afro-antillais et réunionnais 

© Presse Sports
© Presse Sports

L’Équipe de France lors de la Finale de l’Euro contre l’Espagne, 1984.

© Christophe Ena/AP/Sipa
© Christophe Ena/AP/Sipa

L’Équipe de France lors de la finale France-Italie de la Coupe du monde en Allemagne, 2006.

© Presse Sports
© Presse Sports

L’Équipe de France (match France-Danemark), 1998.

© Presse Sports
© Presse Sports

L’Équipe de France lors de la Finale de l’Euro contre l’Espagne, 1984.

1/3