Sports et diversités en France
Autres expos

La nouvelle génération, née en France (1970-1980)

« En portant le brassard de capitaine, en 1976, j’ai compris que pour les Antillais et les Noirs en général, c’était important. »

Marius Trésor, 2008

Les années 70 constituent la période où le sport devient définitivement un spectacle mondialisé. La retransmission en couleur des Jeux olympiques de Grenoble, les nombreuses distinctions et décorations octroyées par la Ve République aux sportifs professionnels ou encore l’importante démocratisation du sport (plus de sept millions de licenciés en 1975 en France), font de ce dernier un élément de première importance pour la société française. Dans les années 70, on assiste surtout à la montée en puissance —du point de vue de la pratique— des sports collectifs notamment le basket-ball, le handball (désormais accessibles aux femmes pour les Jeux olympiques en 1976), le rugby — le XV de France remporte son premier grand chelem en 1968, devenant un sport populaire qui commence à dépasser son identité régionale ancrée dans le Sud-Ouest de la France — et le football. Bien que les trois premiers restent encore des sports où la diversité est peu présente à haut niveau, l’augmentation du nombre de licenciés laisse présager la découverte de nouveaux talents pour les décennies suivantes. Le football, lui, profite de l’extraordinaire génération originaire d’Afrique et des Dom-Tom qui aura une influence notable sur la décennie suivante. En e et, le milieu des années 70 voit un Sénégalais Jean-Pierre Adam, et un Guadeloupéen, Marius Trésor, surnommés à l’époque la «Garde noire», devenir un duo légendaire de défenseurs au sein des Bleus. Si la coupe du monde de football en 1978, après l’échec en qualification pour celle de 1974, ne permet pas à la France de briller, la génération 82-84 émerge et elle atteindra le niveau de celle de ses prédécesseurs, s’étant illustrés lors de la coupe du monde de 1958. Parallèlement, les sports individuels — comme les sports nautiques, le tennis ou le judo, mais également le handisport (premiers Jeux paralympiques en Suède, en 1976) — progressent dans toute la société française, voyant émerger des sportifs de renom. Angelo Parisi, d’origine italienne, domine les compétitions françaises et internationales de judo durant cette période. Ce développement profite également aux femmes telles que Françoise Dürr, tenniswoman née à Alger en 1942, qui remporte Roland-Garros en 1967. Et tandis qu’Éric Tabarly fait connaître la course en mer, Michel Malinovsky, d’origine ukrainienne gagne la future Solitaire du Figaro en 1971. Enfin, la gymnastique, bien que moins populaire qu’au début du siècle, permet également de faire rayonner la France avec Henry Boério, né en Algérie, qui remporte une médaille d’or lors des Jeux méditerranéens en 1975 et met fin à une période de cinquante-deux ans sans médaille pour la gymnastique française. La disette des années précédentes semble enfin s’éloigner, et la France s’affirme dans les compétitions internationales.

© Presse Sports
© Presse Sports

La « Garde noire », Jean Pierre-Adams, d’origine sénégalaise et le Guadeloupéen Marius Trésor, au sein de l’équipe de France de football, photographie de presse, 1976.

press to zoom
© L’Equipe
© L’Equipe

« Alger : tout est prêt pour les jeux [méditerranéens] », une de presse in L’Équipe, 1975.

press to zoom
© Coll. part
© Coll. part

Argentina ‘78. Coupe du monde de football, affiche non signée, 1978.

press to zoom
© Presse Sports
© Presse Sports

La « Garde noire », Jean Pierre-Adams, d’origine sénégalaise et le Guadeloupéen Marius Trésor, au sein de l’équipe de France de football, photographie de presse, 1976.

press to zoom
1/3

Focus évènement

 

La coupe du monde de football en Argentine

La coupe du monde en 1978 est organisée dans un contexte particulier, puisque le démantèlement des empires coloniaux entraîne une augmentation considérable du nombre de sélections nationales présentes. La FIFA décide alors de ne plus organiser les quarts et demi-finales, mais une seconde phase de groupe, rallongeant considérablement la durée de la compétition, empiétant sur les compétitions nationales. Les Français sont éliminés lors de ce second tour à élimination directe, et ce malgré les attaques incessantes de Marius Trésor et un but de Michel Platini, révélation du tournoi et figure emblématique de la seconde génération de l’immigration italienne.