Sports et diversités en France
Autres expos

« La France qui gagne » (2010-2015)

« Pourquoi mépriserait-on la passion pour le sport alors même qu’on encense celle pour l’art, la philosophie ou la science ? »

Jean Dion,1997

 

Le début de cette décennie est marqué par les performances des sportifs français lors des Jeux olympiques de Londres en 2012. La délégation française revient avec onze médailles d’or, ramenées notamment par l’équipe de France de handball conduite par Nikola Karabatic d’origine serbo-croate et Jérôme Fernandez, par les judokas Teddy Riner et Lucie Décosse, et par le nageur Florent Manaudou, d’origine néerlandaise par sa mère, en 50 mètres nage libre. Les médailles d’argent et de bronze s’enchaînent également grâce à la judokate Priscilla Gneto, née à Abidjan, médaillée de bronze, deux judokates formées par l’INSEP, Gévrise Émane, née au Cameroun, et la Camerounaise Audrey Tcheuméo, déjà championne du monde en 2011, médaillées de bronze, elles aussi, et grâce à Jo-Wilfried Tsonga, de père congolais, qui rapporte en tennis une médaille d’argent en double, allié à Mickaël Llodra. En outre, ces Jeux sont l’occasion pour les sportifs des Jeux paralympiques de se faire connaître grâce à de très bons résultats. L’athlète Arnaud Assoumani, par exemple, gagne deux médailles d’argent pour la France et rêve de représenter de nouveau la France aux Jeux olympiques de Rio en 2016. En dehors des Jeux, l’équipe de France de volley-ball, emmenée notamment par le joueur franco-russe Jenia Grebennikov, réussit à décrocher, en 2014, la quatrième place aux championnats du monde, après une période plutôt pauvre en victoire, et Nacer Bouhanni, d’origine algérienne, devient en 2012 champion du monde de cyclisme sur route. Tous les sports sont désormais concernés. Cette période est aussi le moment de la découverte ou redécouverte de pratiques par de nouvelles générations de sportifs, notamment dans les sports de glisse. Bastien Salabanzi, d’origine congolaise, est le premier skateur français à évoluer aux États-Unis. Taïg Khris, né à Alger et d’origine grecque, est quant à lui le sportif le plus titré de sport extrême. Il bat les records du monde de saut dans le vide et de saut en longueur en roller en 2010 et 2011 à Paris, engendrant une attention médiatique inédite. Parmi les sportifs marquants du temps, les noms de Yohann Diniz, Trésor Gauthier Makunda, Mahiedine Mekhissi-Benabbad, Gaël Monfils, Tessa Worley, Tony Parker, Pascal Gentil, Paul Pogba, Xian Yifang, Karim Benzema, Assia El Hannouni, Teddy Tamgho, Joakim Noah, Clarisse Agbegnenou, Boris Diaw, Éloyse Lesueur, Jason Lamy-Chappuis… marquent l’opinion et s’affirment comme de nouveaux « héros » sportifs issus des immigrations. La médiatisation de ces sportives et sportifs est désormais la règle. Leur parcours est commenté, des ouvrages retracent leur destin. Ils sont devenus, avec le temps, des ambassadeurs de la France et des figures de référence pour la jeune génération, bien au-delà des origines de chacun. Ce sont tous des « champions de France » titrés au niveau mondial ou médaillés olympiques.

© Denis Boulanger/ Presse Sports
© Denis Boulanger/ Presse Sports

L’athlète d’origine martiniquaise Pascal Gentil, photographie de Denis Boulanger, 2008.

© Mark Leech/Presse sport
© Mark Leech/Presse sport

Match de cécifoot France-Brésil lors des Jeux paralympiques de Londres, photographie de Mark Leech, 2012.

© Didier Echelard
© Didier Echelard

La coureuse franco-marocaine Assia El Hannouni lors de sa victoire sur 200 mètres lors des Jeux paralympiques [Londres], photographie de Didier Échelard, 2012.

© Denis Boulanger/ Presse Sports
© Denis Boulanger/ Presse Sports

L’athlète d’origine martiniquaise Pascal Gentil, photographie de Denis Boulanger, 2008.

1/3

Focus évènement

 

Les Jeux paralympiques à Londres en 2012

Vingt ans après leur intégration au système olympique, les Jeux paralympiques rassemblent en 2012 à Londres quatre mille deux cents athlètes de cent soixante-quatre pays pour vingt sports. Les Jeux font émerger de nouveaux héros sportifs comme Jason Smyth, le malvoyant le plus rapide du monde ou Matt Stutzman, le tireur à l’arc utilisant ses pieds. Pour la France, dix des quarante-cinq médailles sont remportées par des athlètes d’origine ultra-marine ou africaine, comme Assia El Hannouni ou Arnaud Assoumani.