Sports et diversités en France
Autres expos

Génération 2016

«  On a demandé à nos arrière-grands-parents de défendre la France, à nos grands-parents de la reconstruire, à nos parents de la nettoyer, et nous on va essayer de la… raconter. »

Jamel Debbouze, 2012

 

L’année 2016 sera un tournant majeur pour le sport français. C’est la France qui organise l’Euro 2016, une des grandes manifestations internationales de football. Le même été, se dérouleront les Jeux olympiques à Rio de Janeiro, les premiers à être organisés en Amérique du Sud. Pour l’Euro 2016, l’équipe de France de football pourra compter sur le dernier représentant de la « génération 87 », Karim Benzema, originaire d’Algérie, et sur de nouveaux joueurs talentueux tels qu’Antoine Griezmann d’origine portugaise ou Paul Pogba, Moussa Sissoko et Mamadou Sakho, originaires de Guinée, du Mali et du Sénégal. Une équipe aux origines diverses, en parfaite héritière de celle de 98 ou de l’Euro 2000. Les Jeux olympiques de Rio de Janeiro seront l’occasion de voir confirmer des sportifs ayant réussi de grandes performances aux championnats d’Europe d’athlétisme 2014 à Zurich et ayant, aujourd’hui, de grandes ambitions olympiques, comme les athlètes, spécialistes du 400 mètres, Flora Gueï, d’origine ivoirienne et Agnès Raharolahy d’origine malgache, ou encore Benjamin Compaoré, originaire du Burkina-Faso, devenu le premier Français champion d’Europe de triple saut en 2014. Antoinette Nana Djimou, née au Cameroun, a été médaille d’or à l’épreuve du heptathlon des championnats d’Europe 2014, et sera une des athlètes majeures de ces jeux. Myriam Soumaré, originaire de Mauritanie, triple médaillée d’or aux championnats de Barcelone en 2010 (100 mètres, 200 mètres et 4x100 mètres) fait une pause en 2015 pour préparer les Jeux de Rio de Janeiro, et sera aussi parmi les compétitrices les plus attendues. En cyclisme sur piste, la France sera représentée notamment par le Guadeloupéen Grégory Baugé. Le judoka Teddy Riner va essayer de rééditer son exploit de 2012 et, lors des Jeux olympiques d’hiver en 2018, qui se tiendront en Corée du Sud, Tessa Worley devrait rechausser ses skis pour la France et tenter de conquérir l’or. Nous entrons dans une nouvelle dynamique de reconnaissance des apports de toutes les immigrations à l’histoire du sport français. L’exposition à l’INSEP, Terre de champion(ne)s en est un des signes, comme celle qu’a présenté le Musée de l’histoire de l’immigration sur le football et l’immigration; une multitude de films documentaires et une pluralité d’ouvrages et biographies sur ces sportives et sportifs aux destins et parcours d’exception soulignent, désormais, que cette histoire est reconnue. Tous les sports sont désormais concernés, toutes les immigrations visibles et ces présences — qui permettent à la France de s’affirmer comme une grande nation sportive au niveau mondial — émergent au moment même où certains doutent des « apports de l’immigration » ou de l’ « importance des territoires ultramarins ». La meilleure réponse est en or, argent et bronze. L’évidence est dans ce récit qui commence en 1896 à Athènes et se poursuivra en 2016… et bien au-delà.

© Martin/Presse sports/
© Martin/Presse sports/

Fabrice et Jérôme Jeannet [1er et 2e en partant de la droite] lors des Jeux olympiques à Pékin, photographie de Martin, 2008.

© CIO
© CIO

La délégation française lors des Jeux olympiques de Londres, photographie officielle, 2012.

© UEFA.com 1998-2015
© UEFA.com 1998-2015

Euro 2016 [France], logo officiel, 2015.

© Martin/Presse sports/
© Martin/Presse sports/

Fabrice et Jérôme Jeannet [1er et 2e en partant de la droite] lors des Jeux olympiques à Pékin, photographie de Martin, 2008.

1/4