Tennis
 Yannick NOAH 
© Jean-Marc Pochat/Presse Sport
Né en 1960
Cameroun
Noah-1.png
Noah-1.png
Noah-2.png
Noah-2.png
Noah-3.png
Noah-3.png
Nos champions
Raconté par
Audrey Pulvar

Née en 1972 à Fort-de-France, elle poursuit ses études de journalisme à Paris. Elle est tour à tour journaliste reporter d’images puis présentatrice et enfin rédactrice en chef à ATV. Elle poursuit sa carrière sur LCI, TV5, France 3, la chaîne parlementaire, I>télé et D8. Elle est alors, en 2005, la première femme antillaise à présenter un journal télévisé sur une chaîne hertzienne française. En parallèle, elle se lance dans le monde de la radio et s’installe sur les ondes de France Inter, puis sur RTL. Elle a publié en 2014, Libres comme Elles : Portraits de femmes singulières.

Yannick Noah naît le 18 mai 1960 à Sedan. Son père Zacharie Noah, camerounais, est un footballeur professionnel dans le club local et sa mère Marie-Claire est une enseignante originaire de la région. En 1963, trois ans après l’indépendance, la famille s’installe à Yaoundé ’et Yannick Noah s’initie au tennis. Une rencontre avec l’Afro-Américain Arthur Ashe, premier grand joueur de tennis noir, le convainc de consacrer sa vie à ce sport. Pour cela, il quitte le giron familial pour la France à 12 ans et intègre la section tennis-études du lycée du Parc-Impérial à Nice. Doté de qualités physiques exceptionnelles, il intègre le circuit professionnel en 1978, à 18 ans. Il remporte ses premiers tournois et, en 1982, figure parmi les 10 meilleurs joueurs mondiaux. Cette année-là, il mène l’équipe de France en finale de la Coupe Davis, pour la première fois depuis 49 ans.

Ses résultats sportifs, autant que sa personnalité détonante, en font une vedette médiatique. L’année 1983 est celle de la consécration : le 5 juin, il remporte le tournoi de Roland-Garros face à Mats Wilander, une première pour un Français depuis près de 40 ans. Pour L’Équipe, « Une étoile est née ! » La célébration en héros national d’un joueur métis, arborant dreadlocks et couleurs de son pays d’origine aux poignets, surpasse pour un moment les sentiments xénophobes qui traversent alors la société française. La suite de sa carrière est moins flamboyante, marquée notamment par des blessures. Il atteint néanmoins son meilleur classement en se hissant au 3e rang mondial en 1986.

 

Il arrête sa carrière en 1991 pour devenir capitaine de l’équipe de France de tennis. La même année, la France remporte la Coupe Davis face aux États-Unis. Cet exploit est réitéré en 1996. Dans le même temps, Yannick Noah se consacre à sa passion pour la musique. Le coup d’essai est un coup de maître : en 1991, sa première chanson, Saga Africa, est un immense succès et lance sa nouvelle carrière. Des courts de tennis à la scène, Yannick Noah s’impose comme l’une des personnalités préférées des Français, prenant régulièrement la parole sur des grands sujets de société. 

 

  • Livre : Le livre d'or du tennis 1983. Spécial Yannick Noah, de Christian Collin, Solar.1983

  • www.yannicknoah.com

 

Site internet :